kakikiǂ haq̓waǂ :    
Qu’offrons-nous à la prochaine génération pour qu’elle s’élève

La culture n’est pas le fruit du hasard. Elle se cultive par nos gestes quotidiens en laissant l’histoire comme résidu de nos processus de décision. Les événements survenus en mars 2020 ont modifié nos cheminements culturels pendant plus d’une année. Pour plusieurs Autochtones, les activités de reconnexion, nos réponses internes à la Réconciliation canadienne, ont été affectées. 


Alors que nous adoptons la distance sociale, nous sommes confrontés à un dilemme des plus difficiles. Nous y avons déjà fait face : devons-nous nous séparer pour préserver notre sécurité mutuelle? Et si nous le faisons, quelles formes de liens peuvent nous empêcher de tomber dans les crevasses laissées par la distance sociale?
 

Depuis 25 ans, Christopher Horsethief facilite l’analyse sur le terrain du lien entre la culture et la communication en documentant la dynamique qui pose un défi aux leaders Autochtones et la résilience organisationnelle qui anime la revitalisation de la langue.


Cette présentation offre des données visuelles sur la façon dont la nation Ktunaxa cultive ce lien pendant la pandémie de COVID, à partir des premiers signes de déconnexion et du leadership secoué aux regroupements de familles et de ménages agissant indépendamment en s’impliquant dans les cérémonies culturelles nécessaires. 
 

​Nos familles ont découvert un moyen de prospérer en enseignant notre culture et en sortant du territoire. Nous avons tissé un filet de sécurité destiné à contrer le coronavirus en adoptant de nouveaux outils et en adaptant des stratégies afin qu’elles servent en marge des traditions anciennes.

CHRISTOPHER HORSETHIEF, PhD
ENSEIGNANT/ANALYSTE EN TRAVAIL SOCIAL/THÉORICIEN DES ORGANISATIONS

Christopher Horsethief.jpg

Christopher Horsethief est un enseignant et théoricien des organisations qui se spécialise dans les systèmes complexes et les processus sociaux, les systèmes de résolution collective des problèmes et la résilience post-traumatique communautaire.
 

Depuis 25 ans, Christopher Horsethief facilite l’analyse sur le terrain du lien entre la culture et la communication en documentant la dynamique qui pose un défi aux leaders Autochtones et la résilience organisationnelle qui anime la revitalisation de la langue. Ses intérêts de recherche comprennent les réseaux sociaux, l’entropie culturelle et leur rôle dans la fragmentation et la conformité à la suite d’une crise.
 

L’expérience académique de Christopher comprend un passage aux programmes doctoraux de l’Union Institute & University and Antioch University Seattle, au programme de MBA sur l’entreprenariat autochtone de la Gonzaga University, un poste de chercheur en résidence au College of the Rockies ainsi qu’un poste d’enseignement au Selkirk College.